20/12/2008

ETAPES

Et à quelques jours des fêtes de fin d'année, voici "Etapes" (titre du recueil recopié à Prenzlau) poignant poème composé avant Noël 1940...

"Chaque fête est pour nous l'étape du calvaire que nous gravissons à pas lents vers la lumière..."

"Chaque fête est un clou de la croix où se meurt notre coeur..."

 (Poème de Raymond Troye)

  etapes

 

etapes 2

 

etapes 3

17/12/2008

LE FACTEUR

Le courrier -aussi- pour tenir...

 (Poème de Raymond Troye)

 le facteur

 

le facteur 2

 

le facteur 3

14/12/2008

PETIT COLIS TOUT BLANC

 Ah les colis en captivité !

Au début de l'année 2008, ce blog visualisait ces colis qui ont tant aidé les prisonniers de guerre à tenir (expo Europe "C'est notre histoire").    

 Ce poème date probablement de 1940. 

 (Poème de Raymond Troye)

petit colis tout blanc

13/12/2008

DONNEZ-MOI DU SILENCE

Pour accompagner la lecture de ce poème  (écrit sans doute -aussi- au début de la captivité), petit saut dans les archives "Notre chambre d'officier". 

 (Poème de Raymond Troye)

donnez moi du silence

 

donnez moi du silence 2

10/12/2008

LE DOUTE

le doute

 (Poème de Raymond Troye)

06/12/2008

"REVE DE PRISONNIER"

Retour vers 40-45... les oflags... et "Ecrire pour Tenir"...

Semaine poésie :  tirés du recueil "Etapes", soigneusement recopiés dans l'oflag IIA de Prenzlau (43-45), voici quelques poèmes écrits au tout début de la captivité dans l'oflag VII B d'Eichstätt.

(Poème de Raymond Troye)

 rêve  de prisonnier

 

rêve de prisonnier 2

 

25/03/2008

ECRIRE POUR TENIR

Les lignes ci-dessous datent de l'époque d'Eichstätt (Bavière 1940-42). 

Illustration : verso d'un carnet de poésie de l'époque Prenzlau (1943-1945). Le recto se trouve sur la page complémentaire du blog.

Extrait journal 22 mars 1942 

Aujourd’hui a eu lieu une belle cérémonie des œuvres de prisonniers que notre camp expédie à Bruxelles. Mes cinq manuscrits écrits en captivité s’y trouvaient en bonne place, à savoir mes deux romans, deux comédies et un recueil de vers. Malheureusement, je ne suis guère satisfait de la présentation de mes écrits : j’ai été pris au dépourvu et plutôt que de ne pas participer à l’exposition, je me suis résigné à installer mes cahiers surchargés de ratures.

 

poésies

23/03/2008

"LASSITUDE"

lassitude poème

lassitude 2

22/03/2008

"OU NOS REVES SE BALANCENT"

Et toujours à propos des barbelés...

dyn001_original_640_402_pjpeg_2556236_c7736de7dd59b41309903145a55c4ff6[1]

21/03/2008

LETTRE 10 AOUT 1944

 

 

lettre 10 08 1944

JOURNEE MONDIALE DE LA POESIE

21 mars... Aucune difficulté à ce que ce blog participe -à sa façon- à la journée mondiale de la poésie !

Que de poésies retrouvées parmi les écrits de notre grand-père !

R. Troye était-il un "officier poète" ou un "poète officier" ?

Poème proposé en ce jour :  "Miradors"...   

Copie de poème miradors

 

30/06/2007

ECRIRE POUR TENIR

"Je devrai beaucoup à la littérature, notamment de m'avoir épargné l'ennui. Sans elle, je serais devenu une épave, comme beaucoup" (Lettre  3 octobre 1944)

19/05/2007

AH LA PAGE BLANCHE !

Journal 18 mai 1942

"Je vis une période de paresse. Depuis une semaine, je n’écris plus, j’ai perdu le goût d’écrire.

Je ne parviens plus à joindre deux idées.

Je me trouve dans un état de vacuité cérébrale absolue.

Est-ce l’effet des premières chaleurs ? (...) Est-ce que je doute de moi ? J’ai tant de raisons de douter et si peu de croire.

Eh ! mais, quand je n’aurais qu’une seule chance de réussite et contre quatre vingt dix neuf d’échec, la sagesse me commande de mettre tout en œuvre pour ne pas la négliger.

Ici, je perds mon temps si je n’écris pas.

Même si je n’emporte que des romans médiocres lorsque je quitterai la camp, ce capital ne sera pas à négliger.

Et si je veux, mes œuvres ne seront pas médiocres".

17/05/2007

 UN AUTRE MEURTRE

A propos d'un "autre" meurtre, comment ne pas évoquer celui du "lieutenant Cornil"... 1er ou 2ème roman que R. Troye écrivit entre 1940 et 1942... (Facile à deviner : le manuscrit porte le cachet de censure de l'oflag VIIB et nous savons que "Meurtre dans un oflag" est un 3ème roman).

 

le meurtre du Lt Cornil 1

20/03/2007

ECRIRE POUR "TENIR" (suite)

Journal 3 octobre 1944 :

" Le Lieutenant R.Troye a l’honneur de vous inviter à la présentation de son roman " Badilon Dubonnard " (*) qui sera faite le jeudi 5 octobre à 14 heures au mess II. Introduction par le général Michiels. Lectures par A.Dohet et L.Moreau ".

Journal 13 octobre 1944 :

La présentation de mon roman a été un succès. Salle archicomble. Beaucoup de félicitations. Quelques critiques justifiées pour la plupart.

(*) Ce roman fut renommé par la suite : "Le pharmacien de Chantenelle" édité en 1947 chez les Editions Atalante.

 

Tout au long des 5 années passées derrière les barbelés, l'ECRITURE aida Raymond Troye à s'échapper de la désespérance... Cette aventure eut aussi une suite par après...

 

ass

 

21/01/2007

ECRIRE POUR "TENIR"

 

Extrait courrier : 26 novembre 1941

26 11 41 roman

Extrait journal :  9 août 1940

 

"Il se confirme de plus en plus que nous, officiers de l’active, wallons, partirons d’ici les derniers. De sorte que je ne compte guère rentrer chez moi avant le 15 septembre. Tant pis, il faudra bien en prendre son parti. En attendant, j’essaie de m’occuper l’esprit par la lecture et par le style : je dois dire que je m’en tire assez bien et que mon moral devient meilleur".

 

Oui, en effet, Raymond Troye fit partie des officiers, wallons, de l'active, libérés parmi les derniers des camps (avril 1945 : libération du camp de Prenzlau par l'armée Russe). Au mois d'août 1940, alors qu'il se sent comme un "lion en cage" après 2 mois de captivité, il est loin de s'imaginer que celle-ci va durer 5 ans.


Extrait journal : 4 août 1940

 

"Soit, lisons. Hélas, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Ecrivons alors. Oui, je l’ai tenté depuis le début mais est-ce de la paresse, ou suis-je un homme vidé, je n’ai pas encore réussi à produire quoi que ce soit".

zz

 

journal de bordroman bp1

 

 

 

 
 

"Je devrai beaucoup à la littérature, notamment de m'avoir épargné l'ennui. Sans elle, je serais devenu une épave, comme beaucoup" (Lettre  3 octobre 1944)


poemesEcrits en captivite


28/11/2006

"PDG ? CONNAIS PAS ! "

P D G extrait 1
 

P  D G extrait 2

ECRIRE EN CAPTIVITE

En 1941, alors qu'il est prisonnier à l'oflag VIIB d'Eichstätt (Bavière), mon grand-père écrivit cette petite pièce en un acte : "PDG  ? Connais pas !"   (PDG = Prisonnier de guerre).

 

Au coeur de la Belgique occupée, "certains" croient que les officiers faits prisonniers en 1940 se "prélassent" dans des "camps de vacances".

 

Mon grand-père s'indigne ! Mais plutôt que de répondre avec véhémence,  il choisit l'humour... 

 

"PDG ? Connais pas !" met en scène la rencontre d'un prisonnier rentré de captivité et de deux braves citoyens  restés, eux, au pays.

 

Le texte ci-dessous, comme "MEURTRE DANS UN OFLAG", a été recopié  à l'oflag IIA de Prenzlau (1943-1945).

 

P D G  II A