09/05/2009

"MARDI ?... Je lis !"

Soirée interactive 

Un nouveau grand moment pour Meurtre dans un Oflag...

Animation organisée dans le cadre de l'expo sur les P.G. courcellois (11-23 mai 2009).

  Mardi 12 mai AFFICHEdom[1]

07/05/2009

EXPO...EXPO...EXPO...EXPO

Une expo consacrée à des Prisonniers de Guerre natifs de la région de Courcelles

Le peintre Jean RANSY

Le musicien Emile NOYER

Et.... L'auteur Raymond TROYE

La bibliothèque communale de Courcelles est porteuse du projet en collaboration avec la commune, la Maison de la Laïcité de Courcelles (Souvret) et les Amis du château de Trazegnies.

Dates : du 11 au 23 mai 2009 

Lieu : Maison de la Laïcité de Courcelles ( 5, rue Vandervelde, 6182  Souvret)

Mardi 12 mai : Soirée spéciale "Meurtre dans un Oflag" (les infos vont suivre)

Affiche : Oflag VII B - camp d'Eischätt -lieu et période d'écriture de Meurtre dans un Oflag. Raymond Troye est assis à droite (1er).

La photo provient d'ici (clic) 

expo Raymond troye affichedom2[1]

 

 

12/04/2009

AVRIL 1945

En ce jour de Pâques 2009 : balade dans le journal de guerre et arrêt sur la journée du 10 avril 1945. Les parenthèses (...) renvoient à des mots illisibles. 

Pour retrouver dans les archives les Pâques sanglantes de 1944  : clic ici.

Journal 10 avril 45

Depuis un mois, nous connaissons la faim. Malgré les bonnes nouvelles du front (...) Les Anglais sont à Brême. Les Américains à (...) et les Russes à Vienne.

Malgré cette promesse de libération prochaine, nous étions malheureux. Plus de colis de chez nous, ni de nouvelles depuis huit mois (sauf quelques lettres de décembre pour certains). Plus de colis américains depuis plus d'un mois, vraiment nous souffrions, car la ration allemande récemment diminuée -oui encore !- était infime. Par exemple, hier on avait reçu pour trois jours ½ pain de 1400 à 1500 g. De plus, les pommes de terre, au plus 400 g par jour, sont tellement mauvaises qu'il nous en reste à peine 200 g. Bref, on mourait de faim. Des disputes éclataient dans la chambre à l'occasion des partages. Un commandant, à plusieurs reprises, est venu comparer sa ration à la mienne et a reproché durement sa faim de partager à l'un de ses collègues. J'ai vu hier encore des officiers fouillant dans la poubelle, à genoux dans l'immondice, pour y trouver de minuscules patates à demi-pourries et des épluchures de rutabagas. Moi-même, j'ai épluché pour les cuire des pelures de caroubes et de rutabagas. Des officiers de vingt-huit ans passent dix-huit heures sur vingt-quatre au lit. Le sujet dominant les conversations était devenu la faim.

16:27 Écrit par oflag dans *Journal (1940-1945) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/03/2009

"LES CLES DU TRESOR"

Découvert à la bibliothèque de Courcelles, un véritable trésor Mémoire...

L'ouvrage (écrit en collaboration) signé  Marcel Meykens présente les souvenirs de captivité des prisonniers de guerre du stalag 1 A  (Stablack - Prusse orientale).

L' illustration (où tout est dit) recto et verso est signée J. Sommer.

L'ouvrage date de 1988 et est consultable dans la salle de lecture.

(Les stalags étaient les camps destinés aux soldats - ceux-ci furent soumis au travail forcé).

Les clefs du tresor


clefs du tresor dos

08/03/2009

LES RESISTANTES

Comme l'année dernière, ce blog mémoire s'associe à sa façon à la journée mondiale des Femmes.

En 2008, je rendais hommage aux prisonnières politiques .

Cette année l'hommage est rendu aux résistantes et est illustré par un monument  découvert à Langeais (La Loire).

C'est également à Langeais que fut découvert un des "wagons de la honte" figurant sur ce blog, l'autre se trouve à Momignies (botte du Hainaut). 

 

 resistante 2008 060

 


 

 resistante 2 2008 061


La Loire 2008 062

 

09:28 Écrit par oflag dans Hommage(s) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/02/2009

REVENIR

Retour des prisonniers de guerre et déportés.

Illu : expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon  

revenir - Copie

14/02/2009

LA MORT DANS LES CAMPS

La thématique  "Mourir en captivité" a déjà été abordée dans ce blog (clic).

Ce que j'ai appris de plus en visitant l'expo ? Certains prisonniers de guerre, trop las pour arriver à "tenir", se sont suicidés. Comment ? en se dirigeant trop près des barbelés.

Illu : expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon  

mourir  - Copie

11/02/2009

QUELLE ACTIVITE !

La photo est floue, floue, floue... mais on y distingue parfaitement  l'animation qui y règne... Les P.G. transportent leurs chaises et se rendent à des cours, des conférences, des séances théâtrales, etc. 

Pout "tenir" psychologiquement et mentalement, dès les premières semaines de la captivité, ils comprirent qu'une vie intellectuelle et artistique  devait s'imposer. Celle-ci fut intense. De vraies universités naquirent à l'ombre des miradors. 

Illu : expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon

animations  - Copie

09/02/2009

LA PRESSE DES BARBELES

Les camps eurent leurs journaux.

Les P.G. s'organisèrent et des vocations de rédacteurs en chef, de rédacteurs, de dessinateurs, de correcteurs naquirent derrière les barbelés.  

Cette presse fut bien entendu soumise à la censure...

Ajout perso : censure des "gardiens" mais aussi celle des "chefs" qui n'apprécièrent pas trop l'audace de certains jeunes officiers très critiques envers "les autorités internes"... A suivre...

Illu: expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon

 presse  - Copie

07/02/2009

LE THEATRE EN CAPTIVITE

Impensable de parler des oflags et des stalags sans parler du théâtre !!!

Tous les camps -sans exception- eurent leurs "acteurs", leurs "drames", leurs "comédies", leurs "scènes"...

"Meurtre dans un Oflag" ne manque pas d'évoquer le théâtre... (et le blog aussi)

Illu : panneau (partie culturelle) expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon

théâtre  - Copie

04/02/2009

A L'OMBRE DES BARBELES

La Belgique a eu ses " 18 jours " (10 au 28 mai 1940), la France ses " 43 jours " (10 mai - 21 juin 1940).

Les deux armées connurent le même effondrement et les mêmes captures massives. Si du côté belge, les prisonniers de guerre furent envoyés directement en Allemagne, côté français, les prisonniers séjournèrent d'abord dans des frontstalags (camps en France) et emmenés en captivité en Allemagne durant l'été (pour la plupart).

A quelques nuances près, les 5 années derrière les barbelés s'écoulèrent de la même façon pour toutes nationalités.

Notons les différences de camps: Les Stalags furent les camps pour soldats. Ceux-ci, soumis au travail obligatoire se trouvèrent attachés à des kommandos (camps de travail), ou "prêtés" à des familles allemandes (pour travailler dans les fermes par exemple) et partagèrent le quotidien de celles-ci. Certains kommandos (malgré la Convention de Genève) eurent des allures de camps de concentration. Si au sein de certaines familles allemandes, certains prisonniers bénéficièrent d'une (très) relative " liberté " et d'un semblant de vie de famille, dans d'autres, ils furent traités très durement. 

Les Oflags furent les camps d'officiers. Ceux-ci ne furent pas soumis au travail forcé. Leur combat : la lutte contre le désœuvrement dans un univers complètement clos et de promiscuité totale.

Tous furent répertoriés et reçurent un matricule gravé sur une plaque métallique.

Illustration : "Après la défaite " et "A l'ombre des barbelés". Photos issues de l'expo sur les "Prisonniers de Guerre" -CHRD Lyon.

apres la defaite RH - Copie


 

a l ombre des barbelés - Copie

01/02/2009

"PAROLES, MUSIQUE ET BARBELES"

  une lettre de france

31/01/2009

"COIN SALON"

Fauteuils années 40 et radio d'époque...

Sur le mur : des pochettes de disques...

Les titres ?  : "Reviens, J'attendrai, Lettre de France, A mon cher prisonnier, Reviens petit papa, Vivement que tu reviennes, Encore un jour, Reviens ! ".

C'est le coin des femmes et des enfants...

Les prisonniers étaient de tout âge, mais la plupart étaient jeunes et pères d'enfants nés juste avant la guerre... 

Vivre l'absence, survivre, tenir, gérer le quotidien... les femmes se sont organisées... Saviez-vous que pour pouvoir assumer des responsabilités nouvelles, elles ont dû recevoir l'autorisation écrite de leurs maris reclus derrière les barbelés ? L'expo présente certaines de ces lettres commençant par "Je t'autorise à...".

La captivité 40-45 a eu des répercussions sur toutes les familles... aussi bien celles qui n'ont pas eu le bonheur de voir revenir leur prisonnier que celles où des enfants, en 1945, ont dû apprendre à vivre (non sans difficulté) avec celui qui fut "le grand absent des années de guerre"...  

salon  - Copie


musique  - Copie

 

28/01/2009

VISAGES...

Jean Billon (prisonnier dans le stalag VIII C en Silésie) a peint en 1941 ses compagnons d'infortune.

Portrait après portrait, Jean Billon a (dé)peint la tristesse, l'indignation, la révolte, la résignation, la détermination...  67 vies se succèdent... 67 regards tour à tour éteints, épuisés,  directs, bouillonnant d'indignation...  accompagnent le visiteur et le plonge au coeur de l'épreuve de la captivité.    

 " Jean Billon aura donc saisi à travers les portraits de ses codétenus, qu'il traite selon l'inspiration sur un mode pointilliste, réaliste ou symboliste, un instantané de la vie du camp. (...) nous donnant à lire, sur ces visages l'impact de la captivité ". (dossier de presse expo)

La photo ci-dessous m'a été communiquée par le CHRD. 

GetAttachment


par J. Billon 1 - Copie


 

PB120013 - Copie

26/01/2009

LE PARCOURS

Voici le parcours (très complet) de l'expo :

Illu : reconstitution d'un lit de P.G. 

 

Après la défaite

Chronologie

Femmes et enfants de prisonniers

Vichy et les prisonniers

Des échanges surveillés

Courrier et colis

Identifier les prisonniers

Des hommes - des prisonniers

A l'ombre des barbelés

Le travail

Le dénuement

La vie artistique 

Le livre, l'écrit (*)

La presse dans les barbelés

Le théâtre

La mort dans les camps

La vie spirituelle

Résister

S'évader

Les camps de représailles

Sous le manteau

Depuis la France

La libération, le retour

 

(*) concernant "le livre, l'écrit", j'avais noté "le livre, le cri"...

vue 5 - Copie

25/01/2009

LIEU MEMOIRE

Le "Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation" a été aménagé dans l'ancienne Ecole de santé militaire... où le "boucher de Lyon", Klaus Barbie, chef de la Gestapo, sévit entre 1943 et 1944.

Plus d'infos : ICI

Illu : entrée du CHRD et plaques mémoire situées dans la cour (photos faites le 12/11). 

chrd lyon

 

chrd cour  - Copie


Lyon chrd - Copie

 


2 - Copie

24/01/2009

VISITE EXPO

Voilà, pendant quelques jours, ce blog vous propose la visite virtuelle de la magnifique expo sur les Prisonniers de Guerre qui se tient actuellement à Lyon (jusqu'au 15 mars 2009).

Le texte ci-dessous provient du site culture.lyon.fr 

Illu : une de mes photos 


Prisonniers de Guerre, au CHRD

Du jeudi 13 novembre au dimanche 15 mars 2009

Le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation consacre cette nouvelle exposition aux prisonniers de guerre français pendant la Seconde Guerre mondiale. Le phénomène de captivité, qui toucha près de deux millions de personnes issues de tous les milieux socioprofessionnels, forma une communauté marquée par cette expérience unique.

L’expo présente la vie en captivité, depuis l’arrivée des prisonniers dans les camps allemands jusqu’à leur libération. Une série de portraits réalisée par un prisonnier met l’accent sur les parcours individuels de ces hommes traumatisés. Des témoignages de femmes de prisonniers, dont le rôle fut majeur en l’absence de chef de famille, complètent également l’exposition.

 

expo 2

21/01/2009

BIENVENUE...

 Affiche reçue du CRHD (Lyon) 

2

sous le manteau

 

GetAttachment

19/01/2009

vichy

 

vue 3


la clef des champs - Copie

 

courrier et colis

 

courrier et colis

après la défaite

 

apres la defaite RH - Copie

17/01/2009

EXPO P.G

 

 

PB130068

EXPO P.G.

 

 

expo 2

14/01/2009

JOURS DE NEIGE...

Oflag VIIB Eichstätt, lieu d'écriture de Meurtre dans un Oflag, période 1940-1942.

Le prisonnier Raymond Troye logea dans le bloc  B III

Dans le camp suivant 1942-1943, Fischbeck, construit avant la guerre pour être un camp de concentration- il logera dans un baraquement  en bois.

Et dans le troisième camp, 1943-1945, Prenzlau, ce sera dans un garage.

Beaucoup plus de photos sur le site consacré au prisonnier de guerre Georges Pigeon (réalisé par son petit-fils). 

VI B Bloc Eichstätt 18 3 41

 

VII B neige

 

VII B neige - bloc III

20:13 Écrit par oflag dans -Camp d'Eichstätt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2009

"REPARTIR A ZERO"

"1945-1949"... "Comme si la peinture n'avait jamais existé"...

Cette expo au titre si percutant est visible au Musée des Beaux-Arts de Lyon (jusqu'au 2 février 2009).

Plus d'info : ici

(Expo pas visitée... je le regrette... le monde étant un village, je diffuse l'info).

expo lyon

12:41 Écrit par oflag dans Expositions (40-45) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/01/2009

VIIB - XD - IIA

Retour sur la carte des camps des prisonniers de guerre (oflags et stalags) qui, je le répète, n'est pas tout à fait correcte...

Et retour sur le parcours "5 ans derrière les barbelés" de Raymond Troye...

0 = DORTMUND (camp de rassemblement des P.G. belges après la défaite de mai 1940).

1 = Oflag VII B Eichstätt (mais sur la carte -seul- apparaît le stalag de Menningen qui ne devait pas être loin de l'oflag) 

2 = Oflag X D Fischbeck (banlieue d'Hambourg) (l'oflag XD apparaît bien sur la carte, mais ne porte pas le nom de Fischbeck)

3 = Oflag II A Prenzlau (seul le stalag de Neubrandebourg apparaît... idem que pour VIIB... l'oflag ne devait pas être loin).

Source : carte découverte à la nécropole militaire de Montauville (monument aux P.G.). Illu ci-dessous.

carte pg


Légende carte P.G


Lorraine 00

05/01/2009

ET LA SUITE...

Ici s'arrête la fantastique série de billets consacrés au prisonnier de guerre Raymond Honoré. 

Pour info, le musée virtuel de l'association "Mémoire et Avenir" présente d'autres (superbes) aquarelles de cet artiste-officier.

Il suffit de cliquer sur l'image ci-dessous (capture d'écran du site), accéder au musée virtuel et cliquer sur l'oflag VIIIG.

Bonne visite... 

memoire et avenir

16:00 Écrit par oflag dans Raymond Honoré | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/01/2009

APRES LA GUERRE...

Hommage à Raymond Honoré (1913-1969)... enseignant, officier français, prisonnier de guerre dans l'oflag VIIIG... évadé de guerre (1944) -et- artiste peintre (pendant et après la captivité).

R.Honoré et chorale


 R.Honoré 3


R.Honoré 2

13:27 Écrit par oflag dans Raymond Honoré | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/01/2009

BONNE ANNEE 1942

Cartes réalisées en captivité par RAYMOND HONORE dans l'oflag VIIIG de Weidenau (Silésie).

R.HONORE 2 Bonne_ann.. (2)


R.Honore 1942 - Copie

10:15 Écrit par oflag dans Raymond Honoré | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |