16/02/2009

REVENIR

Retour des prisonniers de guerre et déportés.

Illu : expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon  

revenir - Copie

14/02/2009

LA MORT DANS LES CAMPS

La thématique  "Mourir en captivité" a déjà été abordée dans ce blog (clic).

Ce que j'ai appris de plus en visitant l'expo ? Certains prisonniers de guerre, trop las pour arriver à "tenir", se sont suicidés. Comment ? en se dirigeant trop près des barbelés.

Illu : expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon  

mourir  - Copie

11/02/2009

QUELLE ACTIVITE !

La photo est floue, floue, floue... mais on y distingue parfaitement  l'animation qui y règne... Les P.G. transportent leurs chaises et se rendent à des cours, des conférences, des séances théâtrales, etc. 

Pout "tenir" psychologiquement et mentalement, dès les premières semaines de la captivité, ils comprirent qu'une vie intellectuelle et artistique  devait s'imposer. Celle-ci fut intense. De vraies universités naquirent à l'ombre des miradors. 

Illu : expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon

animations  - Copie

09/02/2009

LA PRESSE DES BARBELES

Les camps eurent leurs journaux.

Les P.G. s'organisèrent et des vocations de rédacteurs en chef, de rédacteurs, de dessinateurs, de correcteurs naquirent derrière les barbelés.  

Cette presse fut bien entendu soumise à la censure...

Ajout perso : censure des "gardiens" mais aussi celle des "chefs" qui n'apprécièrent pas trop l'audace de certains jeunes officiers très critiques envers "les autorités internes"... A suivre...

Illu: expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon

 presse  - Copie

07/02/2009

LE THEATRE EN CAPTIVITE

Impensable de parler des oflags et des stalags sans parler du théâtre !!!

Tous les camps -sans exception- eurent leurs "acteurs", leurs "drames", leurs "comédies", leurs "scènes"...

"Meurtre dans un Oflag" ne manque pas d'évoquer le théâtre... (et le blog aussi)

Illu : panneau (partie culturelle) expo sur les Prisonniers de Guerre -CHRD-Lyon

théâtre  - Copie

04/02/2009

A L'OMBRE DES BARBELES

La Belgique a eu ses " 18 jours " (10 au 28 mai 1940), la France ses " 43 jours " (10 mai - 21 juin 1940).

Les deux armées connurent le même effondrement et les mêmes captures massives. Si du côté belge, les prisonniers de guerre furent envoyés directement en Allemagne, côté français, les prisonniers séjournèrent d'abord dans des frontstalags (camps en France) et emmenés en captivité en Allemagne durant l'été (pour la plupart).

A quelques nuances près, les 5 années derrière les barbelés s'écoulèrent de la même façon pour toutes nationalités.

Notons les différences de camps: Les Stalags furent les camps pour soldats. Ceux-ci, soumis au travail obligatoire se trouvèrent attachés à des kommandos (camps de travail), ou "prêtés" à des familles allemandes (pour travailler dans les fermes par exemple) et partagèrent le quotidien de celles-ci. Certains kommandos (malgré la Convention de Genève) eurent des allures de camps de concentration. Si au sein de certaines familles allemandes, certains prisonniers bénéficièrent d'une (très) relative " liberté " et d'un semblant de vie de famille, dans d'autres, ils furent traités très durement. 

Les Oflags furent les camps d'officiers. Ceux-ci ne furent pas soumis au travail forcé. Leur combat : la lutte contre le désœuvrement dans un univers complètement clos et de promiscuité totale.

Tous furent répertoriés et reçurent un matricule gravé sur une plaque métallique.

Illustration : "Après la défaite " et "A l'ombre des barbelés". Photos issues de l'expo sur les "Prisonniers de Guerre" -CHRD Lyon.

apres la defaite RH - Copie


 

a l ombre des barbelés - Copie

01/02/2009

"PAROLES, MUSIQUE ET BARBELES"

  une lettre de france

31/01/2009

"COIN SALON"

Fauteuils années 40 et radio d'époque...

Sur le mur : des pochettes de disques...

Les titres ?  : "Reviens, J'attendrai, Lettre de France, A mon cher prisonnier, Reviens petit papa, Vivement que tu reviennes, Encore un jour, Reviens ! ".

C'est le coin des femmes et des enfants...

Les prisonniers étaient de tout âge, mais la plupart étaient jeunes et pères d'enfants nés juste avant la guerre... 

Vivre l'absence, survivre, tenir, gérer le quotidien... les femmes se sont organisées... Saviez-vous que pour pouvoir assumer des responsabilités nouvelles, elles ont dû recevoir l'autorisation écrite de leurs maris reclus derrière les barbelés ? L'expo présente certaines de ces lettres commençant par "Je t'autorise à...".

La captivité 40-45 a eu des répercussions sur toutes les familles... aussi bien celles qui n'ont pas eu le bonheur de voir revenir leur prisonnier que celles où des enfants, en 1945, ont dû apprendre à vivre (non sans difficulté) avec celui qui fut "le grand absent des années de guerre"...  

salon  - Copie


musique  - Copie

 

28/01/2009

VISAGES...

Jean Billon (prisonnier dans le stalag VIII C en Silésie) a peint en 1941 ses compagnons d'infortune.

Portrait après portrait, Jean Billon a (dé)peint la tristesse, l'indignation, la révolte, la résignation, la détermination...  67 vies se succèdent... 67 regards tour à tour éteints, épuisés,  directs, bouillonnant d'indignation...  accompagnent le visiteur et le plonge au coeur de l'épreuve de la captivité.    

 " Jean Billon aura donc saisi à travers les portraits de ses codétenus, qu'il traite selon l'inspiration sur un mode pointilliste, réaliste ou symboliste, un instantané de la vie du camp. (...) nous donnant à lire, sur ces visages l'impact de la captivité ". (dossier de presse expo)

La photo ci-dessous m'a été communiquée par le CHRD. 

GetAttachment


par J. Billon 1 - Copie


 

PB120013 - Copie

26/01/2009

LE PARCOURS

Voici le parcours (très complet) de l'expo :

Illu : reconstitution d'un lit de P.G. 

 

Après la défaite

Chronologie

Femmes et enfants de prisonniers

Vichy et les prisonniers

Des échanges surveillés

Courrier et colis

Identifier les prisonniers

Des hommes - des prisonniers

A l'ombre des barbelés

Le travail

Le dénuement

La vie artistique 

Le livre, l'écrit (*)

La presse dans les barbelés

Le théâtre

La mort dans les camps

La vie spirituelle

Résister

S'évader

Les camps de représailles

Sous le manteau

Depuis la France

La libération, le retour

 

(*) concernant "le livre, l'écrit", j'avais noté "le livre, le cri"...

vue 5 - Copie

25/01/2009

LIEU MEMOIRE

Le "Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation" a été aménagé dans l'ancienne Ecole de santé militaire... où le "boucher de Lyon", Klaus Barbie, chef de la Gestapo, sévit entre 1943 et 1944.

Plus d'infos : ICI

Illu : entrée du CHRD et plaques mémoire situées dans la cour (photos faites le 12/11). 

chrd lyon

 

chrd cour  - Copie


Lyon chrd - Copie

 


2 - Copie

24/01/2009

VISITE EXPO

Voilà, pendant quelques jours, ce blog vous propose la visite virtuelle de la magnifique expo sur les Prisonniers de Guerre qui se tient actuellement à Lyon (jusqu'au 15 mars 2009).

Le texte ci-dessous provient du site culture.lyon.fr 

Illu : une de mes photos 


Prisonniers de Guerre, au CHRD

Du jeudi 13 novembre au dimanche 15 mars 2009

Le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation consacre cette nouvelle exposition aux prisonniers de guerre français pendant la Seconde Guerre mondiale. Le phénomène de captivité, qui toucha près de deux millions de personnes issues de tous les milieux socioprofessionnels, forma une communauté marquée par cette expérience unique.

L’expo présente la vie en captivité, depuis l’arrivée des prisonniers dans les camps allemands jusqu’à leur libération. Une série de portraits réalisée par un prisonnier met l’accent sur les parcours individuels de ces hommes traumatisés. Des témoignages de femmes de prisonniers, dont le rôle fut majeur en l’absence de chef de famille, complètent également l’exposition.

 

expo 2

21/01/2009

BIENVENUE...

 Affiche reçue du CRHD (Lyon) 

2

sous le manteau

 

GetAttachment

19/01/2009

vichy

 

vue 3


la clef des champs - Copie

 

courrier et colis

 

courrier et colis

après la défaite

 

apres la defaite RH - Copie

17/01/2009

EXPO P.G

 

 

PB130068

EXPO P.G.

 

 

expo 2

01/11/2008

UNE EXPO A LYON...

PRISONNIERS DE GUERRE
Histoire d'une communauté captive

  Cette expo se tiendra à Lyon 

Du 13 novembre 2008 au 15 mars 2009

"Le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation consacre sa nouvelle exposition aux prisonniers de guerre français, communauté singulièrement absente dans la mémoire collective" (1)

Horaire : du mercredi au vendredi de 9h à 17h30
Samedi et Dimanche de 9h30 à 18h 

http://www.chrd.lyon.fr/

(Plus d'infos très bientôt)

(1) Extrait dossier de presse

affiche