12/04/2009

AVRIL 1945

En ce jour de Pâques 2009 : balade dans le journal de guerre et arrêt sur la journée du 10 avril 1945. Les parenthèses (...) renvoient à des mots illisibles. 

Pour retrouver dans les archives les Pâques sanglantes de 1944  : clic ici.

Journal 10 avril 45

Depuis un mois, nous connaissons la faim. Malgré les bonnes nouvelles du front (...) Les Anglais sont à Brême. Les Américains à (...) et les Russes à Vienne.

Malgré cette promesse de libération prochaine, nous étions malheureux. Plus de colis de chez nous, ni de nouvelles depuis huit mois (sauf quelques lettres de décembre pour certains). Plus de colis américains depuis plus d'un mois, vraiment nous souffrions, car la ration allemande récemment diminuée -oui encore !- était infime. Par exemple, hier on avait reçu pour trois jours ½ pain de 1400 à 1500 g. De plus, les pommes de terre, au plus 400 g par jour, sont tellement mauvaises qu'il nous en reste à peine 200 g. Bref, on mourait de faim. Des disputes éclataient dans la chambre à l'occasion des partages. Un commandant, à plusieurs reprises, est venu comparer sa ration à la mienne et a reproché durement sa faim de partager à l'un de ses collègues. J'ai vu hier encore des officiers fouillant dans la poubelle, à genoux dans l'immondice, pour y trouver de minuscules patates à demi-pourries et des épluchures de rutabagas. Moi-même, j'ai épluché pour les cuire des pelures de caroubes et de rutabagas. Des officiers de vingt-huit ans passent dix-huit heures sur vingt-quatre au lit. Le sujet dominant les conversations était devenu la faim.

16:27 Écrit par oflag dans *Journal (1940-1945) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.