04/02/2009

A L'OMBRE DES BARBELES

La Belgique a eu ses " 18 jours " (10 au 28 mai 1940), la France ses " 43 jours " (10 mai - 21 juin 1940).

Les deux armées connurent le même effondrement et les mêmes captures massives. Si du côté belge, les prisonniers de guerre furent envoyés directement en Allemagne, côté français, les prisonniers séjournèrent d'abord dans des frontstalags (camps en France) et emmenés en captivité en Allemagne durant l'été (pour la plupart).

A quelques nuances près, les 5 années derrière les barbelés s'écoulèrent de la même façon pour toutes nationalités.

Notons les différences de camps: Les Stalags furent les camps pour soldats. Ceux-ci, soumis au travail obligatoire se trouvèrent attachés à des kommandos (camps de travail), ou "prêtés" à des familles allemandes (pour travailler dans les fermes par exemple) et partagèrent le quotidien de celles-ci. Certains kommandos (malgré la Convention de Genève) eurent des allures de camps de concentration. Si au sein de certaines familles allemandes, certains prisonniers bénéficièrent d'une (très) relative " liberté " et d'un semblant de vie de famille, dans d'autres, ils furent traités très durement. 

Les Oflags furent les camps d'officiers. Ceux-ci ne furent pas soumis au travail forcé. Leur combat : la lutte contre le désœuvrement dans un univers complètement clos et de promiscuité totale.

Tous furent répertoriés et reçurent un matricule gravé sur une plaque métallique.

Illustration : "Après la défaite " et "A l'ombre des barbelés". Photos issues de l'expo sur les "Prisonniers de Guerre" -CHRD Lyon.

apres la defaite RH - Copie


 

a l ombre des barbelés - Copie

Les commentaires sont fermés.