09/11/2008

"DU SURF AUX TRANCHEES"

Page spéciale 14-18

L'expo "Charleroi à l'heure australienne" qui se tient actuellement à Charleroi (voir billet précédent) présente un aspect de la Première Guerre mondiale complètement méconnu : la présence des troupes australiennes dans la région entre novembre 1918 et juin 1919.

C'est là qu'après l'Armistice, les "Aussies" ont patiemment attendu leur rapatriement.

L'expo, agencée sur 3 étages, rappelle les grandes lignes du conflit (de son origine à l'armistice en passant par les grandes batailles) et met l'accent sur les actions de l'armée australienne durant les 4 ans du conflit (de l'Empire ottoman à la bataille des Flandres etc.). Leur présence  à Charleroi est illustrée par de magnifiques photos de la ville (et de la région) d'hier (et d'aujourd'hui...). "Un hier de 90 ans" complètement insolite : saisissant de voir dans des lieux encore reconnaissables, ces soldats venus de si loin...

Des panneaux présentent "Quelques réflexions de soldats australiens à propos de Charleroi" :

(...) Charleroi est une des villes les plus modernes de Belgique et elle possède des trams électriques (...) la plupart des commerces et des maisons ont installé l'électricité.

(...) Une ville gaie et très riche.

(...) dans la ville de Charleroi, centre minier du charbon... Ce n'était pas un lieu enchanteur, mais la population locale fit de son mieux pour rendre agréable le séjour des Australiens (...).

(...) les magasins sont tous décorés, mais il n'y a pas beaucoup de marchandises : le Hun (-le Hun pour "L'Allemand") a saccagé le plus grand magasin de Charleroi.

Pourquoi avoir intitulé ce billet "Du surf aux tranchées" ?

Une grande affiche de propagande montre un surfeur au sourire éclatant encerclé par ces phrases :

It is nice to surf
BUT
what about
THE MEN IN THE TRENCHES
GO AND HELP 

Illustration : une des salles de cette bien sympathique expo (3e étage). 

 PB080004 - Copie

13:26 Écrit par oflag dans Pages 1914-1918 -3 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.